A L'ANTENNE
ANNIVERSAIRES
  visiteurs depuis mai 2006
  visiteurs aujourd'hui
   visiteurs actuellement
RadioSouvenir.com
Hommage aux artistes disparus de la chanson francophone
UN SIECLE DE CHANSONS
RadioSouvenir.com
9, Joseph Giordan
06200 Nice (FR)
info@RadioSouvenir.com
1939 - 1945 : Le monde bouleversé
Ce que l'on redoutait arrive le 1er septembre 1939 avec le déclanchement de la Seconde guerre mondiale. La France ne rigole plus et tente de se protéger comme elle peut. Ray Ventura et son orchestre ne doutent pas qu’"on ira pendre notre linge sur la ligne Siegfried". Hélas, le 10 mai 1940, les Allemands percent à Sedan et ne feront qu'une bouchée de la Ligne Maginot et des défenses franco-britanniques. C'est la débâcle en trois semaines. Et la débandade pour un certain nombre d'artistes qui seront censurés, voire même arrêtés et emprisonnés par les Allemands. Pire, le chanteur franco-ivoirien John William se retrouvera même dans un camp de concentration et échappera de peu à la mort. Brassens profitera d'un week-end de libre pour fuir le STO (Service du Travail Obligatoire); caché dans l'impasse Florimont à Paris, il mettra à profit ce temps de désertion pour composer ses premières chansons. André Dassary donne raison au maréchal Pétain en interprétant "Maréchal nous voilà", tandis que Anna Marly prie pour une fin rapide du conflit en entonnant "Le chant des partisans": Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaine. Pendant ce temps, Marlène Dietrich redonne espoir aux soldats américains en se produisant dans les bases militaires. Malgré ces heures sombres, le Lausannois Pierre Dudan compose en 1940 un hymne à l’apaisement avec "On prend le café au lait au lit". D’autres jolies chansons naissent comme "Petit papa Noël" de Tino Rossi, "Douce France" et "La mer" de Charles Trenet. Edith Piaf chante "L'accordéoniste" et "La vie en rose", Lucienne Delyle "Mon amant de Saint-Jean".
1945 - 1960 : La reconstruction
On tente de réparer les dégâts causés par six ans d’horreur en mettant à profit une nouvelle chanson plus existentialiste et philosophique. Dans le Saint-Germain-des-Prés de Jean-Paul Sartre se côtoient des artistes issus de partis gauchistes. Boris Vian, Juliette Gréco, Yves Montand, pour n’en citer que quelques-uns, tentent d’imposer de nouvelles idées révolutionnaires, pour ne pas dire anti-militaristes, voire anarchistes. "Le déserteur" de Boris Vian dérange une partie du pouvoir politique. En 1952, Georges Brassens prend position sur la peine de mort, toujours en vigueur en France, avec "Le gorille". Chanson qui sera tout simplement censurée dans l’Hexagone et diffusée pour la première fois sur les ondes neutres de… Radio Lausanne.
D’autres chef-d’œuvres sont créés comme "Ne me quitte pas" de Jacques Brel, "Le poinçonneur des Lilas" de Serge Gainsbourg, sans oublier l’incontournable "Hymne à l’amour" d’Edith Piaf (vidéo). La chanson comique n’est toutefois pas en reste grâce à Robert Lamoureux "Papa, maman, la bonne et moi". A la fin des années 50, un nouveau style musical venu une nouvelle fois des Etats-Unis fait son apparition: le rock’n’roll. Précurseur de ce genre révolutionnaire en France, Gilbert Bécaud va devenir Monsieur 100'000 volts. Il est vrai que le rythme endiablé de certaines de ses chansons ne va pas laisser indifférent.